COMMUNIQUÉS DE PRESSE

Ascenseur émotionnel ! Un record et une avarie !

Après avoir battu le record de la plus longue distance parcourue en 24 heures, en solitaire et en IMOCA, le skipper de FOR PEOPLE Thomas Ruyant est passé de l’euphorie d’un record mondial, aux affres de l’avarie. Son système de safrans est en effet endommagé. Dans l’empannage involontaire qui a suivi, sa grand voile s’est déchirée. Un bout du système de montée/descente du safran tribord a traversé une partie du pont arrière. Thomas est passé sans transition de « performer" à réparateur, mettant temporairement sa course au ralenti. Le vent est toujours fort, la mer creusée et la tête de flotte fonce plein Est vers le Sud Açorien situé ce matin à près de 800 milles.

Retour sur un record mondial : 1 000 km à la voile et en solo !

Thomas Ruyant a battu, entre dimanche 3 décembre et lundi 4 décembre le record de la plus longue distance parcourue à la voile, en solitaire et en Classe IMOCA. Il parcouru 539,94 milles marins, (999,96 km) à la vitesse moyenne de 22,49 noeuds, au quatrième jour de la transat « Retour à la Base », entre Fort de France et Lorient. La Direction de course a validé ces chiffres, qui devront être entérinés et certifiés par le World sailing Speed Record Council, l’organisme international qui régit les grands records à la voile.Le précédent record appartenait au Britannique Alex Thomson, et son Imoca Hugo Boss, établi lors du Vendée Globe 2016/17, avec 536,81 milles parcourus à 22,37 noeuds de moyenne.

Thomas Ruyant - FOR PEOPLE suite à son record hier :

« C’est un record auquel je pense depuis longtemps. Il y a deux ans déjà, avec toute l’équipe TR Racing et le routeur Christian Dumard, on l’avait envisagé avec mon ancien bateau ex LinkedOut, à présent FOR THE PLANET. Mon nouveau bateau FOR PEOPLE a largement le potentiel pour ce type de chrono et nous venons de le prouver. En quittant la Martinique, je savais déjà que nous aurions des conditions idéales pour améliorer le chrono d’Alex Thomson. La difficulté était d’aller tout droit suffisamment longtemps, sans tirer de bords. Au portant vmg depuis hier matin, je me suis pris au jeu. Je n’ai pas toujours eu la bonne toile car le vent n’a fait que forcir, mais changer de voile aurait été trop pénalisant. Je suis donc resté surtoilé longtemps, surtout les deux dernières heures. La mer s’est beaucoup creusée de surcroit, rendant la navigation plutôt sportive. J’avais donc tout dessus, et j’étais en permanence aux réglages, sur le pilote et sur les manettes. La mer est très courte et ça continue d’aller vite. Ca enfourne pas mal, même pour mon bateau pourtant très « roqué ».

Sam Goodchild - FOR THE PLANET hier :

« Je suis vraiment heureux pour Thomas ! Je sais qu'il avait ce record en tête. Il en avait l'ambition ! Cela fait trop longtemps qu'un anglais détient ce record (Rires). Good job Thomas. Pour être honnête, nous sommes en mode survie. Plus en mode survie qu'en mode record. Nous essayons de trouver le moyen d'aller plus vite sans prendre trop de risques sur le bateau. En début d'année, nous avons battu le record des 24 heures en équipage sur Holcim, avec 640 milles. Nous avons donc maintenant le record en solitaire et le record en équipage dans la maison TR Racing ! Les conditions sont un peu difficiles avec un peu plus de vent que prévu. Pas facile ! Je ne me sens pas à 100%, je manque d'énergie ! Je ne sais pas pourquoi, peut-être un manque de sommeil. Je dois me forcer à manger plus et à dormir plus. Cette course, avec les conditions difficiles, est définitivement un bon entraînement pour le Vendée ! »

Fermer