COMMUNIQUÉS DE PRESSE

FOR PEOPLE AND PLANET, UN COLLECTIF DÉDIÉ À L’ACTION POUR LES HOMMES ET LA PLANÈTE

• Deux voiliers pour un même projet FOR PEOPLE AND PLANET
• Un collectif dédié à l’action pour les Hommes et la Planète (les impressions de Advens et Leyton)
• Sam Goodchild en piste pour son premier Vendée Globe à bord de FOR THE PLANET (3 questions et portrait)

Un mois après la mise à l’eau à Lorient du nouveau voilier de Thomas Ruyant FOR PEOPLE, c’est au tour, ce jour, du navigateur britannique Sam Goodchild de dévoiler sa nouvelle monture FOR THE PLANET (Ex LinkedOut).
Deux marins, deux voiliers, deux partenaires, Advens et Leyton, un collectif réuni pour agir et engager à l’action globale en faveur des Hommes et de la Planète, deux causes que l’on ne peut dissocier : FOR PEOPLE AND PLANET est né.

Sam Goodchild, dernièrement engagé sur The Ocean Race, prend la barre du plan Verdier 2019, voilier vainqueur de la Route du Rhum et de la Transat Jacques Vabre avec Thomas Ruyant.

Le marin est impatient de se confronter au plateau relevé de la classe IMOCA. La Transat Jacques Vabre, départ le 29 octobre 2023 du Havre en direction de la Martinique sera le premier grand rendez-vous de Sam et une préparation « grandeur nature » pour son premier Tour du Monde en solitaire, sans escales et sans assistance 2024.


ILS ONT DIT À PROPOS DE FOR PEOPLE AND PLANET :

ALEXANDRE FAYEULLE, FONDATEUR D’ADVENS

« 50% du capital du groupe Advens et des profits financiers qui en découlent sont destinés à l’action pour les hommes et la planète. Les entreprises et leurs collaborateurs ont le pouvoir de changer le cours des choses. Et c’est maintenant que ça se passe ! Advens + Leyton + TR Racing, le collectif FOR PEOPLE AND PLANET est né pour agir et appeler le plus grand nombre à l’action. Nous sommes ambitieux et pragmatiques ! »

CAROLINE VILLECROZE, DIRECTRICE MARKETING LEYTON

« Les équipes Leyton accompagnent au quotidien des milliers d’organisations dans un objectif de performance durable. En facilitant l’accès à des financements qui permettent de réduire leur impact environnemental, en finançant leurs projets de rénovation énergétique, en accélérant des programmes de formation pour leurs salariés, nous leur permettons à nos clients de développer un modèle plus durable.

Notre projet sportif porte les mêmes objectifs : associer la performance sportive à la performance sociale et environnementale. Depuis que nous avons rejoint la course au large, nous avons toujours visé le podium, tout en contribuant au changement avec des actions très concrètes en faveur de la mixité avec le Magenta Project et de l’innovation verte avec Héole notamment.  Après 4 ans d’émotions fortes aux côtés de Sam Goodchild et de son équipe en Class40 puis en Ocean Fifty, nous sommes enthousiastes à l’idée d’accompagner Sam dans son rêve de Vendée Globe, et de le faire aux côtés de Thomas Ruyant. Mais surtout de porter là encore, avec Advens, un projet sportif associé à un collectif sociétal unique FOR PEOPLE AND PLANET ! »  

TROIS QUESTIONS À SAM GOODCHILD, SKIPPER DU VOILIER FOR THE PLANET :

Q : Sam, vous rentrez tout récemment de 5 semaines dans le Grand Sud à bord d’un Imoca à foils nouvelle génération ; quelles sont vos impressions ?

R. « Ce fut une aventure géniale, intense, 5 semaines dans le Sud ! Le stress, la fatigue, l’expérience intense constituent pour moi un bilan positif. J’ai appris plein de choses pour la suite. Ce fut mon baptême du feu en foiler Imoca. J’ai beaucoup appris au contact de Kevin Escoffier. Très instructif. C’était bien de le faire en équipage, j’en tirerai les leçons dans deux ans sur le Vendée Globe.

Les bateaux sont un peu fous. Leur capacité de performances est largement au-dessus de nos besoins. On passe notre temps à décider où on doit mettre le curseur, entre vitesse et ne pas casser. Il faut que cela tienne dans la durée. La puissance et la capacité d’accélération sont énormes. Je suis impressionné de voir ce que Thomas a pu réaliser en gagnant deux transats sur ce type de bateaux. On ne peut pas être au taquet tout le temps. L’inertie des manoeuvres est énorme et il faut bien calculer son coup et le tempo lorsque l’on décide d’un virement, d’un empannage ou changement de voiles. Il faut gérer le temps, l’humain, la machine en permanence. Celui qui fait le moins d’erreurs gagne, d’où la nécessité d’accumuler les d’expérience. Il faut faire des milles, naviguer toujours et encore, bien se connaître et connaitre son bateau.

Q : Votre but ultime reste le Vendée Globe ?

R : « Depuis longtemps, j’ai orienté mes choix de route et de vie avec l’envie de faire le Vendée Globe avec ambition.
Je n’étais pas destiné à cela, mais j’ai eu cette envie très jeune et j’ai bossé vers ce but. Je n’ai jamais lâché mon objectif de Vendée Globe. J’ai l’énorme opportunité d’aller chercher ce rêve. C’est une chance immense.

Beaucoup de gens m’ont aidé sur ce long chemin. Il est difficile de les citer tous. Techniquement, humainement, beaucoup de personnes m’ont aidé. Dernièrement, la rencontre avec Kevin Escoffier. Que du respect pour lui. Quand je suis arrivé en Angleterre à l’adolescence, une monitrice de voile m’a pris sous son aile. Je lui dois beaucoup mais elle n’est pas la seule.

Je ne me mets pas d’objectifs de performances. L’idée est de donner le meilleur de moi-même, et de comprendre ce qui marche mal, en continuant d’apprendre. Il y a un enjeu de terminer le Vendée, avec de la performance. Il me faut faire les choses correctement et avec humilité.

On a 18 mois pour préparer le Vendée. Je veux le faire et le terminer. Il me faut donc fiabiliser notre projet, finir les régates en apprenant.
Je suis polyvalent dans ce métier. Il y a tant à faire ! Il faut gérer avec l’énergie qu’on a, comme en mer. On ne peut pas tout faire. Il faut faire des choix, techniques, stratégiques. Je dois faire en 10 jours ce qui me prendrait 6 mois. Je dois faire des choix. Comment gérer mon temps de la manière la plus efficace. Ce qui suppose polyvalence et discernement. »


Q : Comment va se passer votre intégration au sein de TR Racing ?

R : « Je rejoins une équipe expérimentée, une façon de travailler qui me plait et c’est génial. Je suis donc content des choix que j’ai faits par le passé. Tout m’a mené vers ce projet. J’arrive avec modestie et avec une expérience riche de nombreux projets. J’ai commencé très jeune et j’ai touché à beaucoup de choses. J’adore apprendre, J’adore les challenges. Je suis fier de pouvoir compter sur le soutien sans faille de Leyton, mon partenaire historique, et d’Advens qui ont le même ADN sociétal et sportif.  

Il me faudra beaucoup d’apprentissage. Thomas a beaucoup travaillé sur ce bateau. Mon expérience en Imoca est limitée. Mais j’aime ce défi. C’est mon plus grand challenge. Je vais apprendre avec appétit et respect. Je ne sous-estime pas le boulot qui m’attend avant d’atteindre le niveau de Thomas. J’ai une envie de fou. Mon programme est énorme, avec cette prise en main. Je suis parti pour deux années très denses.

Je n’ai pas encore eu le temps de passer du temps, avec l’équipe qui a travaillé d’arrache-pied autour de FOR THE PLANET ces derniers temps. Cela fait 15 ans que je parle du Vendée Globe. Maintenant je dois prendre les choses dans l’ordre. L’équipe est en place, avec TR Racing, et je commence juste à mettre mon nez dans le bateau. J’ai un million de questions à poser ! Je dois m’organiser.

En tant que compétiteur, j’ai envie de faire les choses bien et vite. Mais il faut y aller progressivement, être malin dans la gestion du temps. La prise en main sera express, en prenant les bonnes décisions au bon moment. J’aurai peu de navigations avant la Bermudes 1000 Race. Il faudra naviguer intelligemment pour ne pas faire de bêtises. Naviguer sagement. Porter un projet dénommé FOR PEOPLE AND PLANET, c’est un peu le rêve de toute une vie pour un marin, qui résume merveilleusement les aspirations de tout être conscient des échéances et des paris à relever pour l’avenir des hommes et de notre environnement. C’est un énorme supplément d’âme pour un compétiteur »


SAM GOODCHILD, L’OCÉAN EST SA PATRIE

Une vie en accéléré. Tout dans la vie de Sam Goodchild semble défiler en « fast-forward »! Et en décalé ! D’une enfance insouciante à La Grenade, aux brumes d’un lycée anglais, Sam Goodchild a brûlé les étapes, vivant à 100 à l’heure, l’instant, les péripéties d’une existence irrésistiblement attirée par la mer. Né à Bristol voici 34 années, ce véritable enfant de la balle cultive les contrastes et les incongruités. Blancs parmi les Antillais, insulaire exotique parmi les petits Britanniques, sujet de Sa Majesté établi chez les « froggies », l’homme de mer, sportif de haut niveau passablement mâtiné d’aventurier, pratique décidément l’art des paradoxes, jamais là où on l’attend, mais efficace et pressé en diable. L’homme déborde d’énergie, mais c’est à la mer, aux vagues, au vent qu’il dédie son temps et sa passion. Il est âgé de quelques mois seulement quand ses parents quittent Bristol, la ville des mythiques Banksy et Massive Attack,  pour vivre sur un bateau aux Antilles, à la Grenade précisément. Un esquif de 35 pieds lui servira de home pendant ses sept premières années. Le petit Sam s’épanouit dans un environnement de rêve, en prise directe avec la nature. Sur fond d’azur et de mer, il apprend à vivre simplement des choses qui l’entourent.  Il nage, il plonge, il pêche… et découvre la navigation sous le regard directif de son père. Avec l’adolescence vient aussi le temps du retour en Angleterre, pour étudier et muscler son instruction. Mais l’appel de la mer et des bateaux supplante vite l’intérêt pour les livres. Il a 16 ans quand il croise un certain Alex Thomson qui prépare son Vendée Globe. Le "Vendée", un mot qui depuis sa plus tendre enfance et les lectures de son père résonne avec insistance dans son esprit aventureux. Alex et son académie vont le mettre sur la voie de son rêve. Il enchaine une transat et une transpacific, avec l’organisation de Thomson qui veut aider les jeunes marins à accomplir leurs vocations. Chose faite en ce qui concerne Sam désormais persuadé de sa destinée. Il sera marin ! Mieux, coureur au large. Il tournoie comme un requin affamé autour des Sables d'Olonne, offre son temps, ses bras, son esprit en mal d'apprendre aux teams, trouve des embarquements et se montre très vite indispensable. Class40, Ocean Fifty, Ultime, Imoca... tous les supports l'attirent, le passionnent. Et il s'y montre redoutable, compétiteur né. Une fulgurance ! Son secret ? L'humilité, la sagesse d'aborder tout nouveau défi avec la sincère certitude de ne rien savoir, de devoir tout réapprendre en permanence, convaincu que donner le meilleur de lui-même ne suffira pas, et que le dépassement de soi à bord de FOR THE PLANET est la seule issue, quelle que soit la course, quel que soit le support.

LE PALMARÈS DE SAM :

2022

1er – Dhream Cup [Ocean Fifty]
1er – la 1000 milles des Sables [Ocean Fifty]
2e – Pro Sailing Tour [Ocean Fifty]
Route du Rhum – abandon sur blessure [Ocean Fifty]

2021

1er – Pro Sailing Tour [Ocean Fifty]
3e – Transat Jacques Vabre [Ocean Fifty]

2020

1er – Dhream Cup [Figaro]
2e – Solo Maître Coq [Figaro]
Tentative de Trophée Jules Verne avec Sodebo [Ultim]

2019

2e – Transat Jacques Vabre [Class 40]
3e – Rolex Fastnet Race [Ultim]

2018

2e – la 1000 milles des Sables [Class 40]
Route du Rhum – abandon suite à un démâtage [Class 40]

2015

7e – Transat Jacques Vabre [Imoca]

LE CALENDRIER SPORTIF DE FOR THE PLANET :

2023

Bermudes 1000 Race Brest – Brest : départ le 7 mai
Rolex Fastnet Race Cowes – Cherbourg : départ le 22 juillet
Défi Azimut Lorient Agglomération : départ le 19 septembre
Transat Jacques Vabre Le Havre – Martinique : départ le 29 novembre
Retour à la Base Fort-de-France / Lorient: départ le 22 novembre

2024

The Transat CIC : mai
New York – Vendée : juin
Défi Azimut Lorient Agglomération : septembre
Vendée Globe : départ le 10 novembre 2024

L'ÉQUIPE DE TR RACING

Thomas Gavériaux : directeur général
Thomas Ruyant : skipper
Sam Goodchild : skipper
Morgan Lagraviere : navigant performer
Nicolas Doré : team manager Sam Goodchild
François Pernelle : responsable du bureau d’études
Ronan Deshayes - boat captain du voilier de Thomas Ruyant
Robin Salmon : boat captain du voilier de Sam Goodchild
Quentin Cortier : bureau d’études
Paul Médinger : bureau d’études et performances
Alexis Aveline : coordinateur technique et développement SI/SE
Pierre Denjean : responsable gréement-matelotage-accastillage
Emilien De Broc : préparateur
Lucas Montagne : responsable énergie & systèmes embarqués
Florent Le Gal : responsable atelier
Julien Penven : responsable composite
Michael Maisonneuve : composite
Henri Marcelet : énergie & systèmes embarqués
Anne-Lise Capelle : gréement-matelotage-accastillage
Benjamin Ferron : préparateur
Anne Agogue : directrice administrative et financière
Florence Juillard : administratif
Madeleine Dauthuille : responsable logistique et gestion de projet
Agathe Simonnet : logistique et gestion de projet
Antoine Brunel : gréement-matelotage-accastillage
Emilie Le Couedic : composite
Loic Chetaneau : composite

A PROPOS D’ADVENS

Nous existons pour protéger les organisations des menaces Cyber. Mais ce n’est pas notre seule vocation : nous voulons avoir de l’impact sur notre monde, notre société, nos vies.
Forts de notre indépendance et de 400 experts à travers la France et l’Europe, nous accompagnons les entreprises dans la prévention et la neutralisation des attaques. Et nous mettons notre performance au service des Hommes et de la Planète
50% du capital du groupe Advens et donc des profits financiers qui en découlent sont destinés au développement et à l'accélération d'initiatives qui visent un impact à grande échelle.
Partenaire de Thomas Ruyant depuis 2016, nous avons initié en janvier 2020 une course au changement en faveur de l’inclusion en accélérant le dispositif LinkedOut. En 3 ans, 400 candidats ont pu être accompagnés vers un retour à l'emploi, le cap des 1000 candidats sera dépassé en 2024. Aujourd’hui, avec le collectif FOR PEOPLE AND PLANET, nous voulons pousser beaucoup plus loin le curseur de la performance sociétale.
https://www.advens.fr/

A PROPOS DE TR RACING

TR Racing, basée à Lorient, fondée par Thomas Ruyant et Alexandre Fayeulle, dirigée par Thomas Gavériaux, est une structure dédiée à la conception, la préparation, et la gestion de voiliers et de programme de course au large. Elle a assuré l’ensemble de la mise en œuvre du programme de Thomas Ruyant sur l’IMOCA LinkedOut pour le Vendée Globe 2020.Depuis avec le Dunkerquois, elle a remporté la Transat Jacques Vabre 2021 et la Route du Rhum 2022. TR Racing compte 25 salariés et est soutenue par Advens, leader de la cybersécurité en France, partenaire principal de la structure, et Leyton, cabinet de conseil international.

Après avoir innové en donnant il y a 3 ans le naming de son voilier au dispositif LinkedOut, associant ainsi performance et impact, TR Racing, pousse la démarche un pas plus loin en passant à l’action pour les Hommes et la Planète : FR PEOPLE AND PLANET.  

A PROPOS DE LEYTON :

Leyton est un acteur mondial de référence du conseil en financement. Notre mission, Empower your future, est d’accélérer durablement la performance de chacun pour construire un monde plus responsable. Nos consultants spécialisés identifient les leviers financiers et de performance adaptés aux enjeux de développement de nos clients, et en facilitent l’accès.
La proximité avec nos 40 000 clients et leur écosystème est une priorité, c’est pourquoi nos 3 000 collaborateurs sont basés dans plus de 40 agences dans le monde.
Leyton a rejoint la course au large en 2018. Seule équipe mixte du Pro Sailing Tour en 2022, nous avons permis à près de 40 navigatrices du Magenta Project de s’entrainer sur notre trimaran aux côtés de Sam Goodchild. En 2018 nous avons réalisé et partagé le bilan carbone de notre Classe40, puis nous avons embarqué sur notre Ocean Fifty les panneaux solaires organiques flexibles de la start-up Héole pour tester leur endurance et performance sur plusieurs milliers de milles. Pendant ces 4 années, plus de 400 dirigeants ont participé à nos Sommets des Organisations Durables pour échanger sur leurs enjeux et bonnes pratiques environnementales et sociales.
https://leyton.com/fr/

PARTENAIRES TECHNIQUES DE TR RACING :

LES RÉSEAUX SOCIAUX DE THOMAS RUYANT :

https://linktr.ee/thomasruyant

LES RÉSEAUX SOCIAUX DE SAM GOODCHILD

https://www.facebook.com/samgoodchildracing
https://twitter.com/GoodchildSam

GRAPHIQUE - DESIGN FOR PEOPLE AND PLANET

par Jean-Baptiste Epron. Photos libres de droits pour la presse et le web Pierre Bouras - TR Racing

CONTACTS PRESSE ET COMMUNICATION :

AGENCE TB PRESS

Tanguy Blondel ( Direction COM TR RACING et relations presse FOR PEOPLE Thomas Ruyant)
06 88 45 35 36
agence@tbpress.fr

EVE MAILHOT (RELATIONS PRESSE FOR THE PLANET SAM GOODCHILD)

06 30 01 54 04
eve.mailho@tbpress.fr

ANNIE PIGNY (SOCIAL MEDIA MANAGER TR RACING)

06 07 66 79 41
annie.pigny@tbpress.fr

Denis van den Brink (rédacteur)

Fermer