COMMUNIQUÉS DE PRESSE

Les deux IMOCAs du collectif We Sail For People and Planet au rendez-vous de la performance !

Thomas Ruyant et Morgan Lagravière croiseront ce matin quelques 130 milles dans l’Ouest de leurs camarades du collectif We sail For People and Planet, Sam Goodchild et Antoine Koch. Ces quatre fantastiques marins de l’écurie lorientaise TR Racing ont toute l’année échangé, partagé leurs savoirs et expériences respectives au sein d’une même équipe, pour pousser au maximum la préparation et l’optimisation de leurs IMOCAs FOR PEOPLE et FOR THE PLANET, avec, dès cette première saison des résultats flatteurs, une victoire pour l’un, et trois podiums pour l’autre.

Au terme d’une semaine de course dans cette Transat Jacques Vabre 16ème du nom, les deux voiliers armés pour accélérer des causes sociétales et environnementales avec le réseau Entourage et Team for the Planet sont aux avant-postes.

FOR PEOPLE s’escrime depuis le départ face à Charal au duo Beyou - Cammas, et Paprec Arkéa de la doublette Richomme - Eliès. Ces trois voiliers partisans d’une voie alizéenne fort pénalisante en chemin parcouru, reviennent à toute vitesse sur le leader TeamWork.net (Mettraux - Villion), efficace sur une route dite Nord plus directe et économe en milles (moins de 400 milles parcourus sur le fond que ses adversaires « sudistes » !).

Toto et Momo s’échangent d’un classement à l’autre la deuxième place, bord à bord avec le tandem Richomme - Eliès. Sam et Antoine, désormais pointés 6ème sur cette même option Sud, viennent de prendre l’avantage dans un passionnant match à 5 qui les oppose à des voiliers plus récents, Initiatives Coeur (Davis - Bouttell), Malizia (Herrmann - Harris), V and B – Monbana - Mayenne (Sorel - Pratt) et L’Occitane (Cremer - Roberts). Une course, un même collectif, deux destins, deux compétitions, au service de causes altruistes, qui donnent un sens à la performance.

Chasse au leader dans l’alizé !

Car performance il y a. Lancé en avril dernier, le plan Koch - Finot Conq FOR PEOPLE tient son rang parmi les meilleurs. Son affrontement à trois en tête des Sudistes prend chaque jour un caractère plus épique. L’anticyclone de Madère n’a pu les départager, dans un jeu de placement tout en subtilité. Place depuis deux jours à la vitesse pure dans l’alizé, jeu d’échec à l’échelle de l’océan dans lequel chaque duo rivalise de pertinence et d’anticipation pour placer avec efficacité ses empannages. A 2 000 milles de l’arrivée en Martinique, les nouveaux foilers font sensation, capables de tenir d’impressionnantes moyennes sur le fond, plus de 16 noeuds depuis le départ du Havre. Et ces stats d’augmenter chaque jour dans cet alizé bien établi, sur une mer mieux ordonnée, favorable à la glisse. Le leader Nordiste n’est ce matin plus distant que d’une centaine de milles, et peine à égaler la cadence des Sudistes qui alignent chaque 24 heures plus de 400 milles, quand Teamwork.net tutoie à peine les 300. Toto et Momo s’en donnent à coeur joie, tout au bonheur de la découverte d’un voilier qui ne cesse de les étonner.

Premier Britannique en Martinique ?

Sam Goodchild et Antoine Koch continuent eux aussi de ciseler les performances d’un voilier abouti, bien connu d’Antoine depuis sa Transat Jacques Vabre 2019 sur cette même monture alors appelée Advens for Cybersecurity, mais que Sam apprivoise à vitesse grand V depuis seulement quelques mois. Les deux hommes confirment leur excellent début de saison. Ils signent chaque jour des performances convaincantes, en mesure de prendre l’avantage sur des designs plus récents. Leur bord à bord avec le duo Sam Davies - Jack Bouttell prend chaque jour un peu plus d’intensité et de panache, comme si terminer premier citoyen Britannique en Martinique était pour les deux Sam une victoire en soit !

Morgan Lagravière : « Tout va bien à bord.  On cavale dans les alizés. On tartine dans les surfs. Les conditions soutenues permettent des surfs à 30noeuds.  Le bateau siffle énormément. On trouve notre rythme avec de belles siestes. On a beaucoup tiré sur les organismes. Il y a eu quelques bricoles à réparer sur le bateau ! On s’en occupe. Les conditions de vie sont plus chaudes. On est en t.shirts et c’est humides. On voit beaucoup de poissons volants, le ciel est bleu et c’est top ! On fait les choses au mieux en préservant le bateau ! »

Fermer